EDITO DE LA SEMAINE DU 22 AU 28 MARS 2017

L’ÉDITO 

« Pour moi, le film est une fable mais une fable un peu plus douce que celle de La Fontaine,
que je trouve terrifiante, une fable dans laquelle j’essaie de dire que nous nous devons tous d’être à la fois cigale et fourmi. Tout oppose Claire et Béatrice mais peu à peu, cette opposition devient source de complémentarité, d’échange, de sagesse ». Martin Provost.

L’une est sage-femme, dévouée à sa vie professionnelle, l’autre, beaucoup moins sage est l’ex-maîtresse du père de la première. Ensemble, alors que tout les oppose, elles apprennent à se connaître, à s’apprécier. Réalisé par Martin Provost, attaché au thème de la maternité, porté par deux Catherine exceptionnelles, Frot d’une part et Deneuve, capable à 74 ans de conduire un semi-remorque et de garder un brushing impeccable après une chimio, « Sage-Femme », entre humour et émotion, mérite réellement un petit détour.

Autres fables pour un autre public,
« La Fontaine fait son cinéma », d’Arnaud Demuynck et Pascal Adant. Un programme de six courts-métrages mettant en scène des animaux qui apportent avec humour des leçons de vie et de prudence (A partir de 3 ans). Ciné-goûter mercredi 22 mars à 16 heures.

Oscar du meilleur film, « Moonlight », de Barry Jenkins, est une adaptation poignante du récit autobiographique de Tarell Alvin McCraney, scénariste afro-américain. Prenant à contrepied tous les clichés, le réalisateur relate l’histoire de Chiron à trois périodes de sa vie, jeune noir en quête d’identité qui grandit dans un ghetto de Miami.

Que votre semaine cinématographique soit belle !!!

 Frédérique

QUOI DE NEUF AU CENTRE

 » La confession » de Nicolas Boukhrief (adaptation d’un roman de Beatrix Beck, Goncourt du début des années 50) est une reprise très lyrique et mélancolique de « Léon Morin prêtre ». Porté par deux acteurs dont le talent n’est plus à prouver. Des dialogues époustouflants et certaines scènes et lumières dignes d’un tableau.

« The lost city of Z » (adaptation du roman « La cité perdue de Z » écrit par David Grann) de James Gray, se pare d’un scénario foisonnant construit autour des allers-retours de Percy Fawcett entre son foyer et le coeur de la jungle amazonienne. À la fois film d’aventure à l’ancienne, quête obsédante d’une civilisation perdue et introspection profonde d’un homme sacrifiant sa vie de famille pour atteindre le but de toute une existence, The Lost City of Z abrite une expérience vaste.

« Les figures de l’ombre » de Theodore Melfiest un concentré de bonne humeur et d’intelligence.  La réalisation est simple,  légère, tout en abordant des problèmes cruciaux sur fond de ségrégation, font mouche. L’histoire de ces combattantes demeure une aventure universellement forte que l’on suit avec intérêt, en particulier grâce a leur dynamisme qui surmonte tous les obstacles avec humour et détachement

  Bon cinéma. Xavier 

EDITO DE LA SEMAINE DU 15 AU 21 MARS

L’ÉDITO 

Oscar du meilleur film, « Moonlight », de Barry Jenkins, est une adaptation poignante du récit autobiographique de Tarell Alvin McCraney, scénariste afro-américain. Prenant à contrepied tous les clichés, le réalisateur relate l’histoire, à trois périodes de sa vie, de Chiron, jeune noir en quête d’identité qui grandit dans un ghetto de Miami.

Documentaire et biopic, « David Lynch the art life », de Jon Nguyen et Rick Barnes, nous plonge dans l’univers psycho-social d’un artiste énigmatique. Plasticien et peintre avant d’être réalisateur, David Lynch se livre ici sans artifice, dans son atelier, chez lui, nous permettant d’appréhender sa démarche artistique sous son propre regard.
Ce film est présenté dans le cadre de Ciném’arts en partenariat avec le Musée museum Départemental et l’ASCCC. Vendredi 17 mars à 20h30, la projection sera suivie d’un ciné-débat animé par Gisèle Guldalian et d’un pot convivial offert par le cinéma.

Comédie cynique et ironique, de Mariano Cohn et Gaston Duprat, « Citoyen d’honneur » a pour cadre une petite ville argentine qui accueille le nouveau prix Nobel de Littérature, prodige natal du lieu. Mais, quand les habitants se reconnaissent dans les personnages caricaturés de ses romans, ce retour provoque tensions et mécontentements.

Elle est une figure mythique du cinéma d’auteur et du théâtre. Elle s’en est allée au mois de janvier après avoir joué dans « Paris, Pieds Nus », un film joyeux, plein d’humour. Ils sont belges, décalés, filment Paris sur et sous les ponts et nous enchantent avec des histoires décalées et drôles. Fiona Gordon, Dominique Abel (réalisateurs) mais aussi Emmanuelle Riva et Pierre Richard sont les héros fragiles d’une histoire dans laquelle une bibliothécaire canadienne vole au secours de sa vieille tante Martha.

A vos agendas !

 Frédérique

QUOI DE NEUF AU CENTRE

« The lost city of Z » (adaptation du roman « La cité perdue de Z » écrit par David Grann) de James Gray, se pare d’un scénario foisonnant construit autour des allers-retours de Percy Fawcett entre son foyer et le coeur de la jungle amazonienne. À la fois film d’aventure à l’ancienne, quête obsédante d’une civilisation perdue et introspection profonde d’un homme sacrifiant sa vie de famille pour atteindre le but de toute une existence, The Lost City of Z abrite une expérience vaste.

« La la land » (en VOSTFR) de Damien Chazelle (Whiplash) est un hommage vibrant aux grandes comédies musicales romantiques d’antan mais c’est tellement plus que ca. C’est un pur moment de bonheur, un film d’artiste sur les artistes et artistiquement magnifique! Couronné par 5 Oscars!! Laissez vous envoûter.

« Les figures de l’ombre » de Theodore Melfiest un concentré de bonne humeur et d’intelligence.  La réalisation est simple,  légère, tout en abordant des problèmes cruciaux sur fond de ségrégation, font mouche. L’histoire de ces combattantes demeure une aventure universellement forte que l’on suit avec intérêt, en particulier grâce a leur dynamisme qui surmonte tous les obstacles avec humour et détachement.

  Bon cinéma. Xavier 

EDITO DE LA SEMAINE DU 8 AU 14 MARS

L’ÉDITO 

« Chaque individu a plusieurs vies en lui, dans ce métier,
on développe toutes ces possibilités et c’est passionnant ». Emmanuelle Riva.

D’« Hiroshima mon amour » à « Amour », elle est une figure mythique du cinéma d’auteur et du théâtre. Elle s’en est allée au mois de janvier après avoir joué dans « Paris, Pieds Nus », un film joyeux, plein d’humour. Ils sont belges, décalés, filment Paris sur et sous les ponts et nous enchantent avec des histoires décalées et drôles. Fiona Gordon, Dominique Abel (réalisateurs) mais aussi Emmanuelle Riva et Pierre Richard sont les héros fragiles d’une histoire dans laquelle une bibliothécaire canadienne vole au secours de sa vieille tante Martha. Elle rencontre Dom, un vagabond qui vit au pied de la Statue de la Liberté dans une tente minuscule.

Comédie cynique et ironique, de Mariano Cohn et Gaston Duprat, « Citoyen d’honneur » a pour cadre une petite ville argentine qui accueille le nouveau prix Nobel de Littérature, prodige natal du lieu. Mais, quand les habitants se reconnaissent dans les personnages caricaturés de ses romans, ce retour provoque tensions et mécontentements. Les gens du peuple se vengent alors des grands de ce monde et la réalité se joue de la fiction.

Avant-première le dimanche 12 mars à 15h10, « La Fontaine fait son cinéma », d’Arnaud Demuynck et Pascal Adant. Un programme de six courts-métrages mettant en scène des animaux qui apportent avec humour des leçons de vie et de prudence. (A partir de 3 ans).

Bonne projection à tous.

 Frédérique

QUOI DE NEUF AU CENTRE

« La la land » (en VOSTFR) de Damien Chazelle (Whiplash)
est un hommage vibrant aux grandes comédies musicales romantiques d’antan mais c’est tellement plus que ca. C’est un pur moment de bonheur, un film d’artiste sur les artistes et artistiquement magnifique! Couronné par 5 Oscars!! Laissez vous envoûter. (Attention seulement 4 séances dans la semaine)

« Les figures de l’ombre » est un concentré de (plus ou moins) bonne humeur et d’intelligence. La réalisation est simple, mais les dialogues et ton toujours légers tout en abordant des problèmes cruciaux sur fond de ségrégation, font mouche. On saluera unanimement le trio parfait Henson-Spencer-Monaé, trois personnages aux caractères différents qui apportent chacun une touche particulière au film. L’histoire de ces combattantes demeure une aventure universellement forte que l’on suit avec intérêt, en particulier grâce a leur dynamisme qui surmonte tous les obstacles avec humour et détachement.

« Split » de M.Night Shyamalan nous plonge dans l’univers fascinant et imprévisible d’un schizophrène doté de 23 personnalités, «une toile d’araignée presque hitchcockienne, dans laquelle Night Shyalaman nous piège …». C’est un thriller surprenant, un dédale vers des chemins inattendus, un film addictif, cinéma à suspens, jeu protéiforme, où la fin nous laisse stupéfaits.

« Tous en scène » de Garth Jennings et produit par les créateurs des Minions, prenez une pincée d’humour, une bonne poignée d’autodérision, une très forte dose d’imagination, sans oublier une excellente bande originale (De Taylor Swift à Frank Sinatra en passant par Spencer Davis Group, Sting). C’est drôle, c’est frais ça donne envie de chanter et de taper du pied et ça fait du bien ! Animal’s got talent!!!

  Bon cinéma. Xavier 

Le Centre / Le Club gap