EDITO DE LA SEMAINE DU 29 JUIN AU 5 JUILLET

EDITO

Ils sont fous ces Roumains !!!
Un repas de famille au cours duquel le passé ambigu d’un père médecin ressurgit, deux jumeaux qui entretiennent une relation incestueuse, l’avortement, « Illégitime » d’Adrian Sitaru, aborde des sujets difficiles, inconfortables, dérangeants tout en posant une relecture du régime de Ceausescu, des Etats totalitaires en général et un regard acerbe sur la société post-communiste. Ce nouveau film audacieux qui témoigne de l’extrême vitalité du cinéma roumain interroge : qui sommes-nous pour juger ?
Film sombre, « Diamant Noir », d’Arthur Harari, nous entraîne dans le milieu des diamantaires anversois. Pier vit de menus larcins sous l’égide d’un délinquant averti remplaçant la figure paternelle. Quand son propre père trahi, chassé spolié par sa famille décède, il décide de le venger. Premier long métrage d’un cinéaste prometteur, ce film a obtenu le prix spécial du jury au festival de Beaune.
Film musical s’inspirant d’une histoire vraie, « Le Professeur de Violon », de Sergio Machado, nous conte l’histoire d’un violoniste se préparant à faire carrière dans un grand orchestre. Après un échec lors des qualifications, il accepte d’enseigner la musique à des jeunes issus d’une favela.
« La Sociologue et L’Ourson », d’Etienne Chaillou et Mathias Théry est une ode à la tolérance et à l’apaisement face à un débat, Le mariage pour tous, qui divisa les français il y a à peine trois ans.
« Julieta », le dernier film de Pedro Almodovar, résonne telle une tragédie grecque. Le réalisateur nous entraîne sur les pas d’une femme rongée par la culpabilité.
De Paolo Virzi, « Folles de joie », road movie sur deux jeunes femmes qui portent en elles des traumatismes profonds et se lient d’une amitié passionnée.

Que le cinéma vous mette en joie. Belles projections à tous, Frédérique

QUOI DE NEUF AU CENTRE

 » Un homme d’état «  de Pierre Courrège, est construit comme un thriller, avec de multiples rebondissements, bien mis en valeur par le scenario qui analyse les rouages de la vie politique française avec finesse et à-propos, et la mise en scène qui voit s’affronter les deux personnages principaux comme de véritables boxeurs. Bien que les rouages de la vie politique soient omniprésents dans les médias, cette thématique est bien souvent absente dans les salles obscures. Certains ont pu s’y atteler par le passé, mais le propos avait tendance à devenir lourd voire caricatural… Ce n’est pas le cas ici.

« La nouvelle vie de Paul Sneidjer » Adapté d’un roman de Jean-Paul Dubois, le nouveau film de Thomas Vincent est doucement mélancolique, touchant et joliment réalisé. Cette fable dépressive et poétique montre un chemin vers l’autre côté du miroir d’une société centrée sur la réussite, l’argent, la course contre la montre. Avec un Thierry Lhermite plutôt surprenant, tendre et tellement humain qui mêne le film avec brio, sans excès. Des personnages secondaires attachants et drôles, qui vous étonnent. Ne passez pas à coté. Ce serait vraiment dommage car c’est un ode à la liberté!

« Tout de suite maintenant » de Pascale Bonitzer, est un film sur l’esprit du temps. Pace que nous voulons tous réaliser nos désirs « tout de suite », avoir des résultats immédiatement, savoir gagner, être reconnu… c’est le temps millimétré. Le petit monde codifié des affaires, au milieu des histoires de familles, des faux semblants, des intrigues professionnelles où les uns et les autres se déchirent ou se retrouvent. C’est un sujet que Bonitez, traite comme d’habitude avec drôlerie et précision. Les acteurs sont des pointures du même niveau que le film.

Bon cinéma , Xavier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *