EDITO DE LA SEMAINE DU 27 SEPTEMBRE AU 3 OCTOBRE

L’ÉDITO 

«J’ai cru tout le temps à ce personnage, y compris sur le papier. Quand elle a pris la forme de Juliette, je voulais qu’elle ressemble un peu à cette femme dessinée au pochoir sur les murs de Paris, «Miss Tic».

Que ce soit quelqu’un d’emblée dans la ville, avec nous, qu’on n’a pas envie de rejeter»

Claire Denis

Isabelle est une artiste incertaine, spontanée, inquiète et désarmante de sincérité. Elle rencontre des hommes suffisants, ridicules, manipulateurs, beaux-parleurs ou odieux. «Un Beau Soleil Intérieur», est un film réjouissant, remarquablement écrit à deux mains par la réalisatrice Claire Denis et l’écrivaine Christine Angot. Léger et satirique, interprété lumineusement par Juliette Binoche, il porte un regard tendre sur une quinquagénaire divorcée qui multiplient les histoires impossibles et les déboires amoureux.

En Russie, un couple se déchire et délaisse son enfant qui, en détresse, fugue et disparaît. Andreï Zviaguintsev dans ce film, « Faute d’Amour » (prix du jury au Festival de Cannes), dépeint une société individualiste, égoïste et matérialiste à travers ses personnages terriblement seuls.

Que cette nouvelle semaine cinématographique vous mette en joie!

 Frédérique

QUOI DE NEUF AU CENTRE

« Otez-moi d’un doute » de Carine Tardieu, est un film tendre, touchant drôle et très juste à la fois. Une histoire toute en finesse et sobriété qui ne laisse pas indifférent et qui fait réfléchir à des thèmes universels comme la filiation, nos racines et la transmission. Des dialogues enlevés et textes ciselés au service de l’histoire. Mise en scène intelligente et fine, notamment sur les inévitables révélations familiales qui font le sel de l’intrigue et qui évite tous clichés. François Damiens tout en retenue et Cécile de France rayonnante. A voir !

« Wind River » de Taylor Sheridan, est un thriller classique, épuré, une enquête judiciaire menée en terrain dangereux. Le rapport à la nature hivernale est au cœur du film, grâce à la splendeur enneigée du Wyoming. L’étude de la dignité de la communauté amérindienne, et des personnages principaux, tous abîmes par leur passé, est exemplaire, animée d’une humanité sincère..

« Good time » de Ben et Joshua Safdie est un film de genre. Une belle histoire de fraternité  sur fond de braquage catastrophe orchestré par les pieds nickelés du crime où le rythme est a la cavalcade. Avec une carateristique : montrer que la maladie mentale n’a pas de frontieres.

  Bon cinéma. Xavier 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *