EDITO DE LA SEMAINE DU 15 AU 21 JUIN

QUOI DE NEUF AU CENTRE

« La résurrection du Christ », de Kevine Reynolds, combine bien le genre péplum / enquête policière et le genre questionnement sur la foi. L’angle de vue du soldat romain (superbement interprété par Joseph Fiennes) sur un des événements les plus marquants de l’histoire de l’humanité crée un véritable suspense qu’on connaisse ou pas le récit de la résurrection.

 » Ils sont partout «  de Yvan Attal, démonte les clichés tenaces qui circulent sur la religion juive dans un film à sketchs où l’humour et la désinvolture sont sans cesse présents. L’intrigue est reliée par un fil rouge, celui du personnage d’Yvan confiant ses angoisses à son psy, notamment son obsession, celle de se sentir persécuté en tant que juif. C’est une comédie subtile servie par une pléthore de grands acteurs francais, qui parle des juifs, et déjoue tous les préjugés sur lesquels se fonde l’antisémitisme ( dont on a tant parlé après les attentats de Charlie Hebdo ). Ces préjugés, a la fois trop nombreux et trop disparates, méritaient chacun d’être illustré – et démonté – dans une histoire propre.

Xavier, pour le CENTRE

EDITO

« J’avais l’impression de redécouvrir une gentillesse, une générosité, une confiance, un regard, une curiosité saine, quelque chose de « normal », des rapports entre des gens avec certains codes qu’il faut respecter et qui font partie d’une culture, d’une habitude. Cela faisait un bien fou. »

Patrick Chesnais.

« Celui qu’on attendait », de Serge Avédikian, est une comédie légère, optimiste, drôle et touchante. Jean-Paul Bolzec, alors qu’il se croit en Azerbaïdjan,  se retrouve dans une situation insolite perdu dans un village arménien. Ne connaissant ni la langue, ni la culture, considéré comme un messie, il s’interroge sur les valeurs humaines, son identité, son passé, son devenir.

A vos agendas, la projection du samedi 18 juin à 20h30 sera suivie d’un concert de Kariné Kaladjian jouant du Kanoun et d’un pot convivial offert par l’Association des Arméniens et Le Club.

Toujours à l’affiche,

De Paolo Virzi, « Folles de joie ». L’histoire de deux jeunes femmes qui  portent en elles des douleurs et se lient d’une amitié passionnée. S’échappant d’une clinique psychiatrique où l’on soigne des femmes dépressives, suicidaires, bipolaires, mythomanes… elles vont tenter de retrouver ceux qui sont à l’origine de leurs souffrances.

En adaptant le  roman de la Comtesse de Ségur, « Les Malheurs de Sophie », Christophe Honoré signe son premier film « jeune public ». Sophie a des idées foisonnantes pour faire des bêtises. A la fois tendre et cruel, fantaisiste et mélancolique, l’auteur, dans ce film,  explore ses thèmes favoris, le deuil, la disparition.

 « Julieta », le dernier film de Pedro Almodovar, résonne telle une tragédie grecque. Le réalisateur nous entraîne sur les pas d’une femme rongée par la culpabilité.   Ne s’étant jamais remise de l’absence de sa fille, elle décide d’écrire ses souvenirs, ses secrets, ses erreurs.

Que le cinéma vous mette en joie. Belles projections à tous, Frédérique pour le CLUB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.