ÉDITO DE LA SEMAINE DU 14 AU 20 OCTOBRE

QUOI DE NEUF AU CENTRE

« Belles familles » est un film de Jean Paul Rappeneau , filmé patiemment et amoureusement avec une » intrigue à tiroirs et doubles fonds », des quiproquos, entre rire, gravité et profondeur. Il oscille en permanence entre tradition et modernité, légèreté et force, c’est un film désopilant et touchant, avec Mathieu Almaric et Marine Vacth

Et toujours à l’affiche pour le plus grand bonheur des petits et des grands : « Les minions » spin-off de «Moi, Moche et méchant», plein d’inventivité qui nous mènent vers des sommets d’absurdité à nous tordre de rire.

Xavier pour le Centre

L’ÉDITO

« L’idée même qu’elle puisse sauver un type dépressif, alcoolique et suicidaire lui semble valorisante d’un point de vue narcissique (…). Elle n’est encore jamais venue en aide à quelqu’un au fond du trou, et elle ne se rend pas compte que cela peut la précipiter, elle aussi, dans l’abîme ».
Woody Allen.

Abe est un professeur de philosophie bipolaire, torturé, défaitiste, à la réputation sulfureuse. Il enseigne le caractère aléatoire et futile de l’existence. Il a deux liaisons, l’une avec une collègue en mal d’affection, l’autre avec une étudiante brillante qui semble vouloir le sortir de ses idées noires. Le dernier film de Woody Allen, « L’Homme Irrationnel », ponctué des airs du Ramsey Lewis Trio, traite du hasard et du destin avec brio, humour décalé et intelligence.
Dans « Much Loved », entre complicité, tendresse, hypocrisie ou combat pour la survie, on découvre le quotidien de quatre prostituées marrackchies. Sans jamais être voyeur ni obscène, avec beaucoup d’humanité, Nabil Ayouch porte un regard politique sur un pays, le Maroc, où la violence, la domination, les humiliations, la maltraitance faites aux femmes sont souvent niées et minimisées. Après la présentation de ce film au festival de Cannes, des appels à l’exécution du réalisateur et de l’actrice Loubna Abidar ont été fomentés.
Le samedi 17 octobre à 20h30, ciné­débat animé par Jean­Marc Bertet, spécialiste des Sioux Lakotas, après la projection du film « Les Chansons que mes frères m’ont apprises » de Chloé Zao. Dans une communauté minée par la drogue et l’alcool, entre espérance, recherche d’identité, désir de maintenir les traditions, besoin d’émancipation et la tentation de l’exil, cette œuvre singulière nous plonge au cœur d’une réserve indienne dans le Dakota du sud et des liens filiaux qui unissent un frère et une sœur.

Belles projections à tous, Frédérique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.