EDITO DE LA SEMAINE DU 1 AU 7 MARS

L’ÉDITO 

« Ils ont offert le monde au monde ». Bertrand Tavernier

Dans le cadre de Ciném’arts et de notre partenariat avec le Musée Museum et l’ASCCC, « Lumière, l’aventure commence », nous emmène aux origines du cinéma à travers 108 courts-métrages restaurés et commentés par Thierry Frémaux. C’est drôle, émouvant, passionnant, érudit, magnifique. C’est l’enfance du 7ème art et rien ne semble avoir été inventé depuis, travelling, lignes de fuite, profondeur de champ, gros plan, burlesque, comédie, documentaire (….) et nous, tels des enfants, on est émerveillé !!!

« Noces » de Stephan Streker, résonne comme une tragédie grecque avec l’histoire d’une jeune belgo-pakistanaise, Zahira, tiraillée entre son désir de liberté, l’amour qu’elle porte aux siens et un mariage forcé qu’on tente de lui imposer. Sans jugement ni moralisation, le réalisateur interroge : l’obscurantisme, le choc des cultures, le combat pour la liberté ?

 « Born to be blue »,, de Robert Budreau. Le réalisateur nous livre un beau film musical sur Chet Baker, trompettiste de légende, icône américaine à la fois fragile et rebelle. Après une violente agression et une longue traversée du désert, il revient grâce à une femme sur les devants de la scène du jazz.

Dans « Loving », de Jeff Nichols, Richard et Mildred s’aiment, il est blanc, elle est noire dans une Amérique où le racisme est institutionnalisé. Pour rester ensemble ils doivent se séparer mais avec obstination, persévérance, calme, discrétion, conviction, sans jamais élever le ton, ils nous donnent à croire en l’impossible tout en surmontant le carcan des idéologies.

Belles projections à tous !

 Frédérique

QUOI DE NEUF AU CENTRE

«Silence» (adaptation du roman du même nom écrit par le Japonais Shusaku Endo)
est un film parfaitement maîtrisé par un un formidable narrateur d’histoires : Martin Scorcese. Une ambiance pesante, sublime, un rien arides et un rythme zen, cette fresque captive par ses interrogations mystiques et philosophiques passionnantes. Andrew garfield creve l’écran.

«SPLIT» de M.Night Shyamalan nous plonge dans l’univers fascinant et imprévisible d’un schizophrène doté de 23 personnalités, «une toile d’araignée presque hitchcockienne, dans laquelle Night Shyalaman nous piège …». C’est un thriller surprenant, un dédale vers des chemins inattendus, un film addictif, cinéma à suspens, jeu protéiforme, où la fin nous laisse stupéfaits.

«L’Empereur» Douze ans après «La marche de l’Empereur», Luc Jacquet, écologue et cinéaste, passionné d’Antartique, nous narre cette fois l’éducation périlleuse du bébé manchot que nous avons vu éclore pendant le premier film.. Puis c’est le grand voyage vers la mer, la lutte contre les éléments naturels, les prédateurs., le vent et le froid, mais le petit manchot avec l’aide de son père gagnera sa liberté. Les photos sont sublimes comme pour le précédents film.

« Tous en scène » de Garth Jennings et produit par les créateurs des Minions, prenez une pincée d’humour, une bonne poignée d’autodérision, une très forte dose d’imagination, sans oublier une excellente bande originale (De Taylor Swift à Frank Sinatra en passant par Spencer Davis Group, Sing). C’est drôle, c’est frais ça donne envie de chanter et de taper du pied et ça fait du bien ! Animal’s got talent!!!

  Bon cinéma. Xavier 

EDITO DE LA SEMAINE DU 22 AU 28 FEVRIER

L’ÉDITO 

« C’est difficile à décrire mais disons que si vous êtes tranquille dans votre chambre et que vous mettez un disque de Chet Baker, ce film est celui que vous imagineriez. » Ethan Hawke, interprète magistral du film, « Born to be blue », de Robert Budreau. Le réalisateur nous livre un film musical sur ce trompettiste de légende, icône américaine à la fois fragile et rebelle. Après une violente agression et une longue traversée du désert, il revient grâce à une femme sur les devants de la scène du jazz.

Dix-huit ans après Festen, « La Communauté », de Thomas Vinterberg, est le portrait d’une époque, son utopie, ses frustrations et ses limites. A travers l’histoire d’un couple qui se délite et de leur fille, le cinéaste porte un regard sur les années soixante-dix, ses illusions et ses désillusions de vivre ensemble.

Dans « Loving », de Jeff Nicchols, Richard et Mildred s’aiment, il est blanc, elle est noire dans une Amérique où le racisme est institutionnalisé. Pour rester ensemble ils doivent se séparer mais avec obstination, persévérance, calme, discrétion, conviction, sans jamais élever le ton, ils nous donnent à croire en l’impossible tout en surmontant le carcan des idéologies.

« Your Name », de Makoto Shinkai, est un merveilleux film d’animation qui nous plonge dans l’imaginaire de deux adolescents qui vivent dans des mondes opposés et échangent leur conscience et leur corps. Avec émotion, humour, poésie, mystère, souci du détail l’auteur nous transporte dans un monde profondément onirique.

A vos agendas, samedi 25 février à 20h30, ciné-surprise !!!

Que le cinéma vous mette en joie !!!

 Frédérique

QUOI DE NEUF AU CENTRE

«SPLIT» de M.Night Shyamalan.
On entre dans l’univers fascinant et imprévisible d’un schizophrène doté de 23 personnalités, «une toile d’araignée presque hitchcockienne, dans laquelle Night Shyalaman nous piège …». C’est un thriller surprenant, un dédale vers des chemin inattendus, un film addictif, cinéma à suspens, jeu protéiforme, où la fin nous laisse stupéfaits.

«L’Empereur» Douze ans après «La marche de l’Empereur», Luc Jacquet, écologue et cinéaste, passionné d’Antartique, nous narre cette fois l’éducation périlleuse du bébé manchot que nous avons vu éclore pendant le premier film.. Puis c’est le grand voyage vers la mer, la lutte contre les éléments naturels, les prédateurs., le vent et le froid, mais le petit manchot avec l’aide de son père gagnera sa liberté. Les photos sont sublimes comme pour le précédents film.

« Tous en scène » de Garth Jennings et produit par les créateurs des Minions, prenez une pincée d’humour, une bonne poignée d’autodérision, une très forte dose d’imagination, sans oublier une excellente bande originale (De Taylor Swift à Frank Sinatra en passant par Spencer Davis Group, Sing). C’est drôle, c’est frais ca donne envie de chanter et de taper du pied et ça fait du bien ! Animal’s got talent!!!

  Bon cinéma. Xavier 

EDITO DE LA SEMAINE DU 15 AU 21 FEVRIER

L’ÉDITO 

« Dans un contexte où tant de conversations tournent autour de la politique, Du gouvernement et de notre système électoral, j’aimerais que les gens se souviennent qu’il existe un pouvoir individuel. En l’occurrence, dans « Loving », un couple, qu’on a marginalisé et tenu à l’écart du système politique et judiciaire, a contribué à faire bouger les lignes malgré tout ». Jeff Nichols.
Dans ce film, Richard et Mildred s’aiment, il est blanc, elle est noire dans une Amérique où le racisme est institutionnalisé. Pour rester ensemble ils doivent se séparer mais avec obstination, persévérance, calme, discrétion, conviction, sans jamais élever le ton, ils nous donnent à croire en l’impossible tout en surmontant le carcan des idéologies.

« Your Name », de Makoto Shinkai, est un merveilleux film d’animation qui nous plonge dans l’imaginaire de deux adolescents qui vivent dans des mondes opposés et échangent leur conscience et leur corps. Avec émotion, humour, poésie, mystère, souci du détail l’auteur nous transporte dans un monde profondément onirique.
Ciné-goûter mercredi 15 février à 16 heures.

Toujours à l’affiche, Entre plongeons vertigineux et vertiges de l’amour, c’est au thème de l’adolescence que s’attèle Dominique Cabrera dans son dernier film, « Corniche Kennedy ». Avec pour cadre Marseille, une ville de contrastes, des problématiques inhérentes aux jeunes, le risque, le danger, le plaisir, l’émancipation, l’exclusion, la cinéaste nous livre un film sensible, juste et attachant.

Personnage complexe en proie à des tempêtes intérieures après l’assassinat de son mari, « Jackie », est le dernier film d’un cinéaste prolifique, Pablo Larrain, qui ne cesse de mener une réflexion sur l’image de soi et sur les médias.

Que cette nouvelle semaine cinématographique vous ravisse !!!

 Frédérique

QUOI DE NEUF AU CENTRE

«L’Empereur» Douze ans après «La marche de l’Empereur», Luc Jacquet, écologue et cinéaste, passionné d’Antartique, nous narre cette fois l’éducation périlleuse du bébé manchot que nous avons vu éclore pendant le premier film.. Puis c’est le grand voyage vers la mer, la lutte contre les éléments naturels, les prédateurs., le vent et le froid, mais le petit manchot avec l’aide de son père gagnera sa liberté. Les photos sont sublimes comme pour le précédents film.

Le sujet de « Et les mistrals gagnants » est peut-être triste, mais pas le film! Un vrai concentré de bonheur, qui donne envie de vivre sa vie encore plus à fond. Tout en délicatesse mais sans sensiblerie, ce documentaire (filmé à hauteur d’enfant), réalise la prouesse de montrer la vie joyeuse d’enfants malades (Anne-Dauphine Julliand parvient à faire de ce sujet très difficile un film lumineux et totalement positif). On ressort de la salle ébloui par le courage et la joie de vivre des enfants.

« Tous en scène » de Garth Jennings et produit par les créateurs des Minions, prenez une pincée d’humour, une bonne poignée d’autodérision, une très forte dose d’imagination, sans oublier une excellente bande originale (De Taylor Swift à Frank Sinatra en passant par Spencer Davis Group, Sing). C’est drôle, c’est frais ca donne envie de chanter et de taper du pied et ça fait du bien ! Animal’s got talent!!!

  Bon cinéma. Xavier 

EDITO DE LA SEMAINE DU 8 AU 14 FEVRIER

L’ÉDITO 

« J’aime la grande ville populaire en bord de mer, le brassage social, ethnique.
Marseille plus qu’ailleurs encore, je rêve à l’histoire des passants, comme si dans les rues les mythes et les histoires se croisaient ». Dominique Cabrera

Entre plongeons vertigineux et vertiges de l’amour, c’est au thème de l’adolescence que s’attèle Dominique Cabrera dans son dernier film, « Corniche Kennedy ». Avec pour cadre Marseille, une ville de contrastes, des problématiques inhérentes aux jeunes, le risque, le danger, le plaisir, l’émancipation, l’exclusion, la cinéaste nous livre un film sensible, juste et attachant.
Ciné-débat en présence de la réalisatrice : samedi 11 février à 20h30

« Les Pépites », de Xavier de Lauzanne, documentaire bouleversant sur un couple de voyageurs engagés qui se sont battus pour sortir des enfants de la misère dans la ville de phnom-Penh.

Personnage complexe en proie à des tempêtes intérieures après l’assassinat de son mari, « Jackie », est le dernier film d’un cinéaste prolifique, Pablo Larrain, qui ne cesse de mener une réflexion sur l’image de soi, sur les médias, à travers le parcours d’une femme publique préoccupée par la protection de sa vie privée tout en vouant l’héritage politique de son mari à la postérité.

Teen movie drôle et caustique, « Jamais Contente », d’Emilie Deleuze, dresse le portrait d’une adolescente révoltée, irritée et irritante, renvoyant parfois parents et enseignants à leurs contradictions.

« Tempête de sable », nous emmène au cœur d’un village bédouin où Jalila assiste au second mariage de son époux. Leur fille, Layla a un petit ami ! Ce premier film, d’Elite Zexer, étonne et interroge une société patriarcale engoncée dans les discriminations féminines, loin de toute illusion d’un quelconque changement social.

Belles projections à tous !!!

 Frédérique

QUOI DE NEUF AU CENTRE

Le sujet de « Et les mistrals gagnants » est peut-être triste, mais pas le film!
Un vrai concentré de bonheur, qui donne envie de vivre sa vie encore plus à fond. Tout en délicatesse mais sans sensiblerie, ce documentaire (filmé à hauteur d’enfant), réalise la prouesse de montrer la vie joyeuse d’enfants malades (Anne-Dauphine Julliand parvient à faire de ce sujet très difficile un film lumineux et totalement positif). On ressort de la salle ébloui par le courage et la joie de vivre des enfants.

« Tous en scène » de Garth Jennings et produit par les créateurs des Minions, prenez une pincée d’humour, une bonne poignée d’autodérision, une très forte dose d’imagination, sans oublier une excellente bande originale (De Taylor Swift à Frank Sinatra en passant par Spencer Davis Group, Sing). C’est drôle, c’est frais ca donne envie de chanter et de taper du pied et ça fait du bien ! Animal’s got talent!!!

« Manchester by the sea » de Kenneth Lonergan est un film magnifique, puissant et intriguant ! Un mélodrame au rythme lent, noueux et cristallin comme un matin d’hiver dans un Massachusets glacé. Avec des images sublimes (des lumières et des couleurs en cohésion parfaite avec la dramaturgie du film), un récit solide, bien mené et une ambiance saisissante. Casey Affleck crève l’écran tant il est juste dans ce rôle d’un homme brisé. Il transmet tout de cette monstrueuse difficulté que vit son personnage. A voir en VOSTFR ou en VF.

  Bon cinéma. Xavier