EDITO DE LA SEMAINE DU 30 MARS AU 5 AVRIL

QUOI DE NEUF AU CENTRE

 » Kung Fu Panda 3 «  de Jennifer Yuh, Alessandro Carloni .
C’est toujours un plaisir de retrouver Po, le panda maladroit (faux) expert en arts martiaux. Gags aussi énormes que le ventre du héros, des scènes d’actions spectaculaires, des bastons inventives, des personnages secondaires loufoques et indéniablement trop mignons et une animation fascinante. Visuellement, c’est une merveille, la saga dressant un pont entre le dessin traditionnel chinois et l’animation américaine. Un film à voir en famille, pour faire plaisir aux jeunes enfants et passer un agréable moment.

 » Médecin de campagne «  de Thomas Tilti qui était médecin avant d’être réalisateur, et qui nous avait déjà ravi avec le film «Hippocrate» en 2014. Ici, c’est un «médecin des champs» qui va initier sa remplaçante, «médecin des villes», toute nouvelle diplômée. «Tour à tour drôle, tendre, cocasse et émouvant», le film nous dévoile les petits secrets du docteur en campagne, les confidences des patients, les conseils de transmission, le regard bienveillant et humain du médecin vis à vis de ses malades.

Bon cinéma, Xavier

EDITO

« Yinniang, la femme-assassin, est partagée entre son devoir, obéir aux ordres sans état d’âme, et son impossibilité fondamentale de taire ses sentiments amoureux pour l’homme qu’elle doit assassiner. Indépendance, détermination, solitude. Ce sont je crois les trois caractéristiques de mes personnages de femmes. »

Hou Hsiao-Hsien.

Primé lors du dernier festival de Cannes, « The Assassin », de Hou Hsiao-Hsien, nous invite dans la Chine du IX éme siècle auprès d’une femme qui a pour mission de tuer son premier amour. Film de sabres, de mouvements, ballet de costumes somptueux, de couleurs, paysages splendides, ellipses, il faut se laisser emporter par la mise en scène sublime d’un cinéaste au sommet de son art.

Inspirée de l’histoire du frère du réalisateur, tournée en partie à Gap, « Good Luck Algéria » est une jolie comédie de Farid Bentoumi. Deux amis entrepreneurs fabriquent des skis mais quand l’entreprise menace de fermer, l’un des deux décide de participer aux jeux olympiques sous la bannière de l’Algérie. On pense à « Rasta Rockett » mais ce film plein d’humanité interroge : le choc des cultures, la tolérance, le dépassement de soi, la famille, les racines ?

Toujours à l’affiche:
« A perfect day », de Fernando Leon de Aranoa, est une comédie noire qui relate les difficultés rencontrées par un groupe d’humanitaires tentant d’accomplir des missions pendant une guerre dans les montagnes balkaniques.

“Medecin de Campagne”, de Thomas Lilti, avec François Cluzet et Mariane Denicourt.

Belles projections à tous. Frédérique

EDITO DE LA SEMAINE DU 23 AU 29 MARS 2016

QUOI DE NEUF AU CENTRE

 » Médecin de campagne «  de Thomas Tilti qui était médecin avant d’être réalisateur, et qui nous avait déjà ravi avec le film «Hippocrate» en 2014. Ici, c’est un «médecin des champs» qui va initier sa remplaçante, «médecin des villes», toute nouvelle diplômée.
«Tour à tour drôle, tendre, cocasse et émouvant», le film nous dévoile les petits secrets du docteur en campagne, les confidences des patients, les conseils de transmission, le regard bienveillant et humain du médecin vis à vis de ses malades.

Humour et imagination sont le cadre de  » Zootopie « , très beau film d’animation de Byron Howard et Rich Moore. « Depuis Jean de la Fontaine, et même avant, les animaux définis par leur principale trait de caractère restent une source d’inspiration inépuisable ». Ce film a été fait aprés une réelle étude des habitudes animales.

Bon cinéma, Xavier

EDITO

« La subtilité résidait dans les petits détails qui montraient la manière dont les frères étaient liés…
En même temps, je n’avais pas envie de couper les scènes musicales… L’émotion était là, la beauté était là, çà a juste pris du temps pour sculpter ces sentiments grâce au montage ».

Félix Van Groeningen.

Réalisateur de « La merditude des choses » et d' »Alabama Monroe », Félix Van Groeningen nous revient avec un film, « Belgica », investi de ses souvenirs de noctambule. Histoire de deux frères qui s’associent pour faire vivre un café, boîte de nuit et vont perdre peu à peu leurs idéaux: histoire de la montée d’un haut lieu de la nuit gantoise et de la scène électro-rock belge, ce film est avant tout marqué par l’incroyable créativité du duo Soulwax qui a imaginé de toutes pièces 16 groupes de musiques différents pour ce long-métrage interdit aux moins de 12 ans, prix de la réalisation au festival de Sundance.

Après « Béliers », c’est dire que le cinéma islandais nous offre de belles découvertes. « L’histoire du géant timide » de Dagur Kari a pour thème la solitude d’une belle personne pleine de graisse, vieux garçon plein de tendresse, bagagiste de profession qui après la rencontre avec la jolie Alma, décide de prendre son envol et prouver son indépendance.

Toujours à l’affiche: « A perfect day », de Fernando Leon de Aranoa, est une comédie noire qui relate les difficultés rencontrées par un groupe d’humanitaires tentant d’accomplir des missions pendant une guerre dans les montagnes balkaniques. Utilisant l’humour comme arme pour affronter la gravité ou l’absurdité des situations, ce film interroge aussi les états d’âme et le bon sens des hommes et des femmes dans des périodes dramatiques.

Le dernier film du duo grolandais Delépine et Kerviel, « Saint Amour ».

Belles projections à tous, Frédérique

EDITO DE LA SEMAINE DU 9 AU 15 MARS 2016

EDITO

Attention, 2 reprises cette semaine !!!

Dernier film du duo grolandais Delépine et Kerviel, « Saint Amour », nous emmène au salon de l’agriculture puis dans une virée en taxi dans les vignobles français. Casting de haut vol pour ce voyage entre un père (Gérard Depardieu) et son fils (Benoit Poelvoorde) sur la route des vins, cette comédie dramatique dresse un portrait tendre, affectueux du monde agricole. On peut imaginer qu’une folie incontrôlable régnait parfois sur le plateau, qu’on n’a pas hésité à boire du vrai vin pour jouer des scènes importantes, qu’on y a bien mangé et surtout bien ri !!!

Dans le cadre de ciném’arts, « Argentina » de Carlos Saura nous emporte aux origines des musiques et des danses argentines. Dans un hangar de Buenos Aires, sur une scène pour seul décor du film, chacarera, copla, chamamé, tonada, zamba témoignent d’une richesse exceptionnelle, cosmopolite du paysage musical et culturel de ce pays d’Amérique du Sud.

« Demain », de Cyril Dion et Mélanie Laurent, César du meilleur documentaire 2016 sur de belles initiatives citoyennes qui pourraient faire évoluer les mentalités.

« Les délices de Tokyo », de la réalisatrice japonaise Naomi Kawase. Histoire d’amitié, de transmission des savoirs, de tolérance, de respect des anciens, cette comédie tendre et émouvante nous transporte au cœur du Japon, dans la boutique d’un vendeur de Dorayakis, fameuses pâtisseries fourrées à la pâte de haricots rouges.

Pologne 1945, une jeune interne de la Croix Rouge découvre le drame de nonnes violées par des soldats russes dans un couvent de bénédictines. Page tragique de la seconde guerre mondiale, « Les Innocentes », le dernier film d’Anne Fontaine raisonne avec intemporalité et universalité de toutes les violences faites aux femmes.

Belles projections à tous, Frédérique

QUOI DE NEUF AU CENTRE

« Eperdument » Adaptation du roman « Défense d’aimer » de Florent Goncalvès, qui a écrit sa propre histoire, celle d’une passion interdite, un fait réel,interprété par Guillaume Gallienne et Adèle Exarchopoulos. Drame passionnel et retombées tragiques.

Humour et imagination sont le cadre de « Zootopie », très beau film d’animation de Byron Howard et Rich Moore. « Depuis Jean de la Fontaine, et même avant, les animaux définis par leur principale trait de caractère restent une source d’inspiration inépuisable ». Ce film a été fait aprés une réelle étude des habitudes animales.

« Ave Cesar », des frères Cohen, est une mise en abyme ironique, une satyre géniale, en plusieurs saynètes des coulisses d’un studio Hollywoodien des années 1950.

Bon cinéma. Xavier