EDITO DE LA SEMAINE DU 27 JANVIER AU 2 FEVRIER

EDITO

« Vivre ce n’est pas juste respirer. » Michael Lonsdale dans « Les Premiers, Les Derniers »
de Bouli Lanners.

Western belge, le film de Bouli Lanners, « Les Premiers, Les Derniers », croise des personnages marginaux et deux types chasseurs de prime qui sont à la recherche d’un téléphone perdu au contenu douteux! Tourné dans un paysage morne, infini, apocalyptique qui a inspiré l’idée du film, l’essentiel du scénario repose dans les questions existentielles que se posent Cochise et Gilou.
« L’Etreinte du Serpent », de Ciro Guerra, conte l’étrange voyage d’un chaman et d’un ethnobotaniste en quête d’une plante sacrée. Recherche spirituelle, odyssée amazonienne, périple philosophique, ce film en noir et blanc fluide et beau, interroge la destruction des cultures indigènes. Certaines séances sont suivies d’un entretien filmé de 15mn avec le réalisateur.
« Béliers », de Grimur Hakonarson, portraits émouvants de deux frères éleveurs de moutons qui ne se sont plus parlés depuis 40 ans. Jeudi 28 janvier, ciné-débat en compagnie de Guillaume Lebaudy de La maison du berger de Champoléon et Claudine Robert de la librairie Davagnier autour des thèmes, l’élevage dans les Hautes Alpes et le livre « Lettre à Helga » de Bergsveinn Birgisson.
« Demain », de Cyril Dion et Mélanie Laurent, documentaire sur de belles initiatives citoyennes qui pourraient faire évoluer les mentalités. Lundi 1° février, ciné-débat au Centre autour des initiatives citoyennes dans notre région.

Bonne séances a tous. Frédérique

QUOI DE NEUF AU CENTRE

Aprés Microcosmos, Océans et le Peuple migrateur, Jacques Perrin et Jacque Cluzaud nous invitent avec « les saisons » à un splendide voyage à travers le temps pour redécouvrir depuis la dernière ère glaciaire, les animaux sauvages qui habitent dans l’immense forêt qui envahit l’Europe. Le cycle des saisons, le cycle de la vie, et le cycle ( et l’impact) de l’homme aussi, se mettent en place…

« Snoopy et les peanuts » de Steve Martino (réalisateur de L’âge des glace 4). Plus de 50 ans après la naissance de Snoopy, sous les coups de crayon de l’Américain Charles M. Schulz, le comic strip débarque sur grand écran. En conservant le trait minimaliste caractéristique de l’œuvre originale. Les traits de crayon qui animent de toutes sortes d’expressions ces bouilles d’enfants bien rondes apportent un cachet certain et une esthétique singulière.

Xavier

QUOI DE NEUF AU CENTRE

« La fille du patron » de et avec Olivier Loustau, (notamment vu chez Kechiche), qui interprète le chef d’atelier d’une usine textile en difficulté. Arrive une ergonome qui se trouve être la fille du patron, et qui rêve de fuir l’autorité paternelle. L’intrigue amoureuse qui va se nouer est pleine de subtilité. Autour, gravite le club de rugby de l’usine avec ses valeurs de camaraderies et d’amitié. Un premier film esthétique et sensible.

« Tout schuss » de François Prévôt-Leygonie et Stephan Archinard , une comédie fraiche et déjantée ou pour reconquérir sa fille, un père égocentrique s’immisce dans la classe de neige de celle-ci.

« La vie trés privée de Monsieur Sim » de Michel Leclerc, est un road movie délicat, amusant, frais, profond. Jean-Pierre Bacri se bonifie avec l’âge et est vraiment au sommet de son art. Il arrive à naviguer d’une émotion à une autre avec une facilité déconcertante.

« Snoopy et les peanuts » de Steve Martino. Plus de 50 ans après la naissance de Snoopy, sous les coups de crayon de Charles M. Schulz, le comic strip débarque sur grand écran. En conservant le trait minimaliste caractéristique de l’œuvre originale. Les traits de crayon qui animent ces bouilles d’enfants bien rondes apportent un cachet certain et une esthétique singulière.

Bon cinéma. XAVIER pour le Centre

EDITO DE LA SEMAINE DU 13 AU 19 JANVIER

QUOI DE NEUF AU CENTRE

« Tout schuss » de François Prévôt-Leygonie et Stephan Archinard , une comédie fraîche et déjantée ou pour reconquérir sa fille, un père égocentrique s’immisce dans la classe de neige de celle-ci.

« La vie très privée de Monsieur Sim » de Michel Leclerc, est un road movie délicat, amusant, frais, profond. « Sim, Monsieur Sim, comme la carte… » A la manière de James Bond, Monsieur Sim se présente, mais son personnage est plus proche du célèbre François Pignon créé par Francis Veber que de Daniel Craig. Le François Pignon de l’Emmerdeur, avec ce besoin insatiable de raconter ses malheurs à tous ceux qu’il rencontre. Mais personne ne l’écoute. Jean-Pierre Bacri se bonifie avec l’âge et est vraiment au sommet de son art. Il arrive à naviguer d’une émotion à une autre avec une facilité déconcertante.

« Snoopy et les peanuts » de Steve Martino (réalisateur de L’âge des glace 4). Plus de 50 ans après la naissance de Snoopy, sous les coups de crayon de l’Américain Charles M. Schulz, le comic strip débarque sur grand écran. En conservant le trait minimaliste caractéristique de l’œuvre originale. Les traits de crayon qui animent de toutes sortes d’expressions ces bouilles d’enfants bien rondes apportent un cachet certain et une esthétique singulière.

Xavier pour le Centre

L’EDITO

« J’aime que le cinéma soit aussi une vibration, comme du Jazz ». Joachim Trier.

Interprété magistralement par Isabelle Huppert troublante par son absence comme par sa présence, « Back home », de Joachim Trier, évoque la complexité des rapports familiaux, les solitudes, la détresse, la reconstruction d’un père et de ses deux fils après le deuil.
En lien avec la représentation du spectacle « Smashed » au théâtre La Passerelle, « Les Rêves Dansants, sur les pas de Pina Bausch », de Anne Linsel et Rainer Hoffmann. En 2008, peu avant sa mort, Pina reprend le spectacle Kontakhof avec des adolescents. Séance exceptionnelle mercredi 13 janvier à 20h30.
« Neige et les arbres magiques » d’Antoine Lanciaux et Sophie Roze est un programme de 4 courts métrages dans lesquels les arbres jouent des rôles inattendus. Dans le dernier, une sortie scolaire prend une tournure surprenante quand survient une tempête de neige. Ciné-goûter mercredi 13 janvier à 16 heures.
Toujours à l’affiche,
« Au-delà des montagnes », dernier film d’un immense réalisateur chinois Jia Zhang-ke. Dans une Chine en pleine mutation, l’auteur nous conte l’histoire d’une jeune femme aimée par deux hommes, l’un mineur et l’autre self-made man. En l’espace de 25 ans, il interroge la relation des sentiments avec le temps.
« Ixcanul », est un rare film guatémaltèque d’un jeune cinéaste prometteur Jayro Bustamante. L’héroïne, Maria, apathique et rebelle, veut échapper à un mariage forcé tout en rêvant d’un ailleurs au-delà du volcan.
« Demain », de Cyril Dion et Mélanie Laurent, documentaire sur de belles initiatives citoyennes qui pourraient faire évoluer les mentalités.
« Béliers », de Grimur Hakonarson, portraits émouvants de deux frères éleveurs de moutons qui ne se sont plus parlés depuis 40 ans.

Belles projections à tous, Frédérique

EDITO DE LA SEMAINE DU 6 AU 12 JANVIER

Quoi de neuf au Centre

« La vie trés privée de Monsieur Sim » de Michel Leclerc, est un road movie délicat, amusant, frais, profond. « Sim, Monsieur Sim, comme la carte… » A la manière de James Bond, Monsieur Sim se présente, mais son personnage est plus proche du célèbre François Pignon créé par Francis Veber que de Daniel Craig. Le François Pignon de l’Emmerdeur, avec ce besoin insatiable de raconter ses malheurs à tous ceux qu’il rencontre. Mais personne ne l’écoute. Jean-Pierre Bacri se bonifie avec l’âge et est vraiment au sommet de son art. Il arrive à naviguer d’une émotion à une autre avec une facilité déconcertante.
« Snoopy et les peanuts » de Steve Martino (réalisateur de L’âge des glace 4). Plus de 50 ans après la naissance de Snoopy, sous les coups de crayon de l’Américain Charles M. Schulz, le comic strip débarque sur grand écran. En conservant le trait minimaliste caractéristique de l’œuvre originale. Les traits de crayon qui animent de toutes sortes d’expressions ces bouilles d’enfants bien rondes apportent un cachet certain et une esthétique singulière.
« Le Nouveau » de Rudi Rosenberg est un teen-movie plein de fraicheur et de truculence. Les années collège avec leur lot de situations sociales comiques ou difficiles. Le film traite avec humour ces années qui sont communes à toutes générations. Les Adolescents s’y retrouveront…. Les anciens adolescents aussi !!

Bon cinéma

Xavier pour le Centre

L’édito

Belle année cinématographique à tous, que le cinéma vous apporte joie, bonheur, plaisir, découvertes

« Je me suis demandé comment j’étais moi-même à cette époque et si j’étais capable de renouer avec celui que j’ai été il y a si longtemps… Dix ans qui semble un gouffre ».
Jia Zhang-ke.

« Au-delà des montagnes » est le dernier film d’un immense réalisateur chinois Jia Zhang-ke. Fasciné quand il était jeune par l’ouest mais viscéralement attaché à ses racines, l’auteur, après un temps de maturation très long, a puisé des scènes accumulées au cours de différents tournages pour nous conter l’histoire d’une jeune femme aimée par deux hommes, l’un mineur et l’autre self-made man dans une Chine en pleine mutation. En l’espace de 25 ans, il interroge la relation des sentiments avec le temps.
« Ixcanul », est un rare film guatémaltèque d’un jeune cinéaste prometteur Jayro Bustamante. L’héroïne, Maria, apathique et rebelle, veut échapper à un mariage forcé tout en rêvant d’un ailleurs au-delà du volcan. Ne parlant que le cakchiquel, elle subira la loi implacable de ceux qui utilisent le langage officiel comme arme de pouvoir.
Toujours à l’affiche, « Demain », de Cyril Dion et Mélanie Laurent, documentaire sur de belles initiatives citoyennes qui pourraient faire évoluer les mentalités.
« Béliers », de Grimur Hakonarson, portraits émouvants de deux frères éleveurs de moutons qui ne se sont plus parlés depuis 40 ans.
« 21 nuits avec Pattie » des frères Larrieu, comédie loufoque, improbable, fantasque et funèbre. Caroline arrive dans le village où sa mère vient de mourir. Elle y rencontre Pattie, personnage désopilant au langage haut en couleur.

Belles projections à tous

Frédérique pour le Club