ÉDITO DE LA SEMAINE DU 25 FÉVRIER AU 3 MARS

QUOI DE NEUF AU CENTRE

Birdman,
avec une mise en scène uniquement constituée de plans séquences hallucinants qui donnent l’illusion d’une caméra qui vole comme s’il s’agissait …d’un oiseau, se fondant les uns aux autres et chorégraphiés de main de maître, Alejandro González Iñárritu nous livre le portrait surréaliste de la névrose d`un acteur déchu bataillant en permanence avec son ego qui le tourmente comme un double maléfique.
Une comédie noire aux accents fantastiques, touchant aussi bien par sa poésie que par son humour féroce.
Avec 4 OSCARS ( Meilleur Film, Meilleur réalisateur, Meilleur scénario et Meilleur photographie) c’est sans conteste LE film à voir pour le moment en salle!!

« Bob l’éponge, Un héros sort de l’eau » de Paul Tibbit.
Très fidèle au dessin animé, très drôle, autant accessible aux adultes qu’aux plus petits. Tous les genres d’humour sont présents dans ce film qui, dans ses travers potaches, cache une véritable éloge à la liberté, au second degré et à la folie douce…. C’est hyper décalé, totalement débile, mais tellement exagéré qu’on se dit « ce n’est pas possible, ils n’ont pas osé ! » Et ben si ! « gags en cascades , personnages loufoques… ».
Un film qui sort du lot!!

Bon cinéma
Xavier pour le Centre

ÉDITO

Cette semaine au Club,
deux nouveaux films et une avant ­première pour vous annoncer
« un certain regard sur le cinéma belge » que nous vous proposerons au mois d’avril.

Tout d’abord, un documentaire, « Red Army » de Gabe Polsky, sur une équipe de hockey sur glace qui s’est imposée comme une des meilleures équipes du monde. Ce récit d’aventures, sur fond de Guerre Froide, nous présente ces joueurs chargés de démontrer la supériorité de l’Union Soviétique face à la puissance capitaliste des USA.
« Une Merveilleuse Histoire du Temps » de James Marsh, est un biopic sur un savant hors du commun, Stephen Hawking, étudiant en cosmologie à l’université de Cambridge. Atteint de la maladie de Charcot, avec l’aide de sa femme, il va révolutionner la médecine et la science. Joué par un acteur exceptionnel, Eddie Redmayne,ce film a reçu 6 prix.
Dimanche à 18 heures, en avant ­première, « Tokyo Fiancée » de Stephan Liberski, est une comédie drôle, tirée d’un roman d’Amélie Nothomb. L’auteur nous conte l’histoire d’une jeune fille qui revient dans le Japon de son enfance pour y donner des cours de français. Quand elle rencontre un jeune Japonais avec qui elle vit une histoire d’amour, leurs différences culturelles sont source de situations tendres, émouvantes et pleine d’humour.
Dans « Félix et Meira » , Maxime Giroux, relate une histoire d’amour entre une jeune juive hassidique et un homme athée, héritier d’une riche famille bourgeoise. Ces deux êtres délaissés, veulent retrouver un chemin et le poursuivre ensemble.
Onirique et plein de poésie, « Souvenirs de Marnie » de Hiromasa Yonebayashi est un très beau film d’animation sur une histoire d’amitié entre une enfant solitaire et une étrange petite fille.
Enfin pour quelques séances et pour ceux qui ne l’auraient pas vu « Timbuktu » d’Abderrhmane Sissako, un film 11 fois primé.

Frédérique pour le Club

ÉDITO DE LA SEMAINE DU 18 AU 24 FÉVRIER

QUOI DE NEUF AU CENTRE

« Bob l’éponge, Un héros sort de l’eau » de Paul Tibbit.
Très fidèle au dessin animé, très drôle, autant accessible aux adultes qu’aux plus petits. Tous les genres d’humour sont présents dans ce film qui, dans ses travers potaches, cache une véritable éloge à la liberté, au second degré et à la folie douce…. C’est hyper décalé, totalement débile, mais tellement exagéré qu’on se dit « ce n’est pas possible, ils n’ont pas osé ! » Et ben si ! « gags en cascades , personnages loufoques… ».
Un film qui sort du lot!!

Discount, de Louis Julien Petit:
une comédie sociale, sincère, drôle,tendre, humaine, pleine de chaleur et d’émotion où l’on prône la désobeissance civile pour la solidarité, la «rébellion positive». On tombe vite sous le charme et la coupe de cette troupe de personnages très touchants dans leurs différences et leurs problèmes, tous dotés d’une volonté d’enfer. Un premier film, une fiction qui met en scène  » l’énergie du desespoir et l’humour de résistance » (Télérama). Il montre une solidarité généreuse qui tente de mettre en échec avec drôlerie la société inégalitaire et le gaspillage de la grande distribution. Courrez-y sans hésiter!

Enfin, adapté de la comédie musicale à succès de Broadway Into the woods, de Rob Marshall (à qui l’on doit les très agréables Chicago et Nine) revisite les contes de fées de notre enfance (Raiponce, Jack et le Haricot magique ou encore la célèbre histoire du Chaperon rouge) avec un « piquant transgressif » chantés par une kyrielle de stars, dans les forêts enchantées de notre enfance tout en jouant avec des sous-entendus à décrypter.

Bon cinéma
Xavier pour le Centre

ÉDITO

« C’est le paradoxe de nos sociétés actuelles : d’un côté, elles se voudraient pluralistes,
mais de l’autre, à force de fonctionner soit avec des règles trop strictes, soit en ayant oublié les repères de certaines valeurs, ne savent plus comment faire un pas vers l’autre, ne partagent plus qu’un certain désarroi ».

Maxime Giroux.

Dans Félix et Meira, Maxime Giroux, relate une histoire d’amour entre une jeune juive hassidique emmurée dans une communauté où les règles sont codifiées et ritualisées et un homme athée, héritier d’une riche famille bourgeoise, qui ne sait comment faire le deuil de son père. Ces Deux êtres délaissés, veulent retrouver un chemin et le poursuivre ensemble.
Romain Goupil, signe avec Les Jours Venus, un film drôle, politico-social, original et farfelu, mêlant fiction, autoportrait et surtout autodérision. Ce cinéaste marqué par les années 68, à l’aube de ses soixante ans, ne cherche plus à refaire le monde, s’attachant avant tout à ne pas être tout à fait sérieux.
Spartacus et Cassandra, documentaire sans angélisme de Ioanis Nuguet, raconte l’histoire de deux enfants roms, involontairement parents de leurs parents, l’un alcoolique et l’autre folle. Accueillis par une jeune circassienne, Camille, sous un chapiteau. Ce film pose le problème de la séparation d’avec des parents aimants mais irresponsables.
Snow Therapy, de Ruben Östlund, est une comédie grinçante mettant en scène des personnages sans histoires, confrontés à une situation de crise. Quand une avalanche déclenche remises en cause, rancunes, déceptions, ébranlement de la figure paternelle, crise du couple… On traverse le miroir !!!
Onirique et plein de poésie, Souvenirs de Marnie de Hiromasa Yonebayashi est un très beau film d’animation sur une histoire d’amitié entre une enfant solitaire et une étrange petite fille.
Que votre semaine soit belle !!!

Frédérique pour le Club

ÉDITO DE LA SEMAINE DU 11 AU 17 FÉVRIER

QUOI DE NEUF AU CENTRE

Discount, de Louis Julien Petit:
une comédie sociale, sincère, drôle,tendre, humaine, pleine de chaleur et d’émotion où l’on prône la désobeissance civile pour la solidarité, la «rébellion positive». On tombe vite sous le charme et la coupe de cette troupe de personnages très touchants dans leurs différences et leurs problèmes, tous dotés d’une volonté d’enfer. Et on y rit de bon cœur!!

Adapté de la comédie musicale à succès de Broadway Into the woods, de Rob Marshall (à qui l’on doit les très agréables Chicago et Nine) nous propose un pot pourri des contes de notre enfance (Raiponce, Jack et le Haricot magique ou encore la célèbre histoire du Chaperon rouge) chantés par une kyrielle de stars et revisités au second degré.

Film d’animation japonais esthétiquement splendide Souvenirs de Marnie, de Hiromasa Yonebayashi (Arrietty le petit monde des chapardeurs), est un conte onirique sur la passation et la filiation, une magnifique histoire, toute en introspection, d’une enfant de douze ans, du passage de l’enfance à l’âge adulte qu’est l’adolescence, de son lot de désillusions, d’incertitudes et de changements mais aussi de joies, «qui transforme la lumière en feux scintillants, la nature en sublime épiphanie» Les Inrocks

Bon cinéma
Xavier pour le Centre

ÉDITO

C’est une semaine particulièrement riche en événements que nous vous proposons au Club.

Tout d’abord, Ciném’arts, nouvelle manifestation autour des arts et du cinéma.
Quatre films au programme.
Caricaturistes, Fantassins de la Démocratie de Stéphanie Valloato. Documentaire passionnant et malheureusement d’actualité sur la liberté d’expression et ces artistes sans gilets pare-balles qui n’ont que pour arme leur crayon.
National Gallery de Frederick Wiseman, documentaire captivant sur la vie de ces œuvres qui, mises bout à bout, constituent une grande fresque de notre civilisation.
Van Gogh de Maurice Pialat, en avant-première de la rétrospective de ce génie du cinéma qui aura lieu au mois de mars, est un biopic sur les derniers jours de la vie du peintre poussé par une intense énergie créatrice.
A Hard Day’s Night de Richard Lester, road movie époustouflant relatant trois jours de la vie des Beatles qui déclenchent des scènes d’hystérie collective partout où ils passent .
Mais aussi deux nouveaux films.
Mon Amie Victoria de Jean-­Paul Civeyrac. Dans cette tragédie politique, l’héroïne noire,
pauvre, malmenée par la vie, tombe enceinte du fils d’une famille « bobo », ouverte d’esprit. Ce film sur le racisme ordinaire, l’humiliation, les rapports de classes, est une des belles découvertes de ce début d’année.
Snow Therapy de Ruben Östlund. Une comédie grinçante mettant en scène des personnages sans histoires confrontés à une situation de crise. Quand une avalanche déclenche remises en cause, rancunes, déceptions, ébranlement de la figure paternelle, crise du couple… On traverse le miroir !!!
Enfin pour quelques séances, Phoenix, de Christian Petzold. L’histoire d’ une femme rescapée d’Auschwitz qui a tout perdu, son amour, son identité, son visage…
Et Charlot Festival, de Charlie Chaplin, pour pleurer de rire !!!

Frédérique pour le Club

L’ÉDITO DE LA SEMAINE DU 4 AU 10 FÉVRIER

QUOI DE NEUF AU CENTRE

« Les Héritiers » de Marie-Castille Mention-Schaar,
est un message d’espoir sur la jeunesse, qui oscille entre la difficulté d’enseigner dans des zones à communautés multiples, et l’actualité tragique qui explose à la face des élèves d’aujourd’hui , les forçant à assumer leur capacité à la tolérance.
« Les nouveaux sauvages » de Damian Szifron, un film violemment et joyeusement décalé, une bouffée d’oxygène.

Bon cinéma
Xavier

EDITO

« Une journée sans rire est une journée perdue ».

Charlie Chaplin

Cette semaine au Club, deux nouveaux films pour régaler petits et grands.
Tout d’abord, mercredi 4 février, un nouveau cinégoûter.
« Charlot Festival »,
trois courts métrages de Charlie Chaplin : Charlot Patine, Charlot Policeman, Charlot Émigrant.
Sans paroles, sans couleurs, sans 3D, sans pop-corn mais avec un Charlot archiactuel, on pleure de joie !!!
Dans « A Most Violent Year », J.C. Chandor mène avec une grande intelligence, une réflexion sur l’Amérique et les
liens vicieux qui sévissent entre capitalisme et criminalité. A New York, en 1 981 , Abel Morales est un petit patron qui
veut développer son affaire le plus honnêtement du monde. Sa femme, Anna, semble moins scrupuleuse.
Poursuivis par des pillards, harcelés par un procureur douteux, acculés par des échéances financières à
rembourser, ce film pose une question essentielle : comment garder une exigence éthique dans un monde
corrompu ?
« Foxcatcher » est le dernier film de Bennett Miller. C’est l’histoire d’un des hommes les plus riches des ÉtatsUnis, à la fois grotesque, perturbé, fou, qui, en quête de reconnaissance et pour impressionner sa mère, s’offre une équipe de lutte dans laquelle se trouve Mark Shultz, médaillé d’or.
Le « Phoenix », est un oiseau légendaire qui, après s’être consumé, peut renaître de ses cendres. C’est avec ce
très beau titre que nous découvrons le nouveau film de Christian Petzold. L’histoire d’ une femme rescapée
d’ Auschwitz qui a tout perdu, son amour, son identité, son visage… Quand elle retrouve son mari, il ne la reconnaît pas. Il lui propose de prendre l’identité de sa femme qu’il pense décédée afin de récupérer son patrimoine.
A vos agendas, dès le 11 février, nouvelle édition de ciném’arts en partenariat avec le Musée-Museum
départemental et l’ASCCC. Quatre films au programme.

belles projections à tous,
Frédérique