ÉDITO DE LA SEMAINE DU 26 NOVEMBRE AU 2 DECEMBRE

« Avec le temps, les choses se dégradent et l’utopie est à l’épreuve de la vie ».
Cédric Kahn.

Au club, cette semaine, nous vous proposons un nouveau film,
« Vie Sauvage », de Cédric Kahn, qui s’inspire d’une histoire vraie, celle de la famille Fortin, dans laquelle un père enlève ses enfants et les élève dans la clandestinité. Chronique d’une cavale et de la défense d’un mode de vie, témoignage bouleversant d’une femme privée de ses deux enfants, ce film pose des questions : comment disparaît­on avec deux enfants pendant onze ans ? Comment ceux­ci peuvent­ils se construire en étant fugitifs, avec un père, qui, pour survivre, en fait des héros mais aussi des rebelles ?

« A Cappella », de lee Sujin, (Grand Prix du festival de Marrakech) est un film représentatif du jeune cinéma sud­coréen. Il évoque l’histoire d’une adolescente qui communique difficilement et semble en plein désarroi émotionnel. Après un choc traumatique et sans que l’on sache pourquoi, elle change d’école. L’héroïne retrouve alors une nouvelle famille et de nouvelles amies mais elle est accusée par des parents, d’être responsable de leur honte sociale. Ce film témoigne aussi d’une société gangrenée par la corruption des élites, le communautarisme, le machisme et la misogynie.

« Eden », de Mia Hansen­Love, raconte les débuts d’un mouvement artistique, un moment d’histoire musicale : ceux de la French Touch, spécificité française de la musique électronique. Dans un contexte où une génération s’enivre de fêtes et de raves, C’est aussi le portrait d’un héros mélancolique et euphorique, Sven Love, DJ de la scène électro, qui ne deviendra jamais une star et ne connaîtra jamais le succès contrairement à d’autres de ses contemporains comme les Daft Punk.

Que le cinéma vous mette en joie.
Frédérique

ÉDITO DE LA SEMAINE DU 19 AU 25 NOVEMBRE

« Tout ce qui m’entoure se transforme en notes : une respiration, les bruits de pas, le vent, des grincements métalliques… Ils me disent ça va aller, ça va aller ». Gong­ju dans « A Cappella »

Cette semaine au Club, nous vous proposons deux sorties nationales dans des genres bien différents.

« A Cappella », de lee Sujin, qui a obtenu le Grand Prix du festival de Marrakech, est un film représentatif du jeune cinéma sud­coréen. Il évoque l’histoire d’une adolescente qui communique difficilement, semble en plein désaroi émotionnel et qui, après un choc traumatique et sans que l’on sache pourquoi, change d’école. L’héroïne retrouve alors une nouvelle famille et de nouvelles amies mais elle est accusée par des parents, d’être responsable de leur honte sociale. Ce film témoigne aussi d’une société gangrénée par la corruption des élites, le communautarisme, le machisme et la mysoginie.

« Eden » de Mia Hansen-Løve raconte les débuts d’un mouvement artistique, un moment d’histoire musicale : celle de la French Touch, spécificité fançaise de créer de la musique électronique. Dans un contexte où une génération s’ennivre de fêtes et de raves, C’est aussi le portrait d’un héros mélancolique et euphorique, Sven Love, DJ de la scène électro, qui ne deviendra jamais une star et ne connaîtra jamais le succès contrairement à d’autres de ses contemporains comme les Daft Punk.

Dimanche 23 novembre, en partenariat avec le théâtre de La Passerelle et en liaison avec les spectacles «  Les Nouveaux Ciné ­Clubs », trois films cultes au programme :
« Les Parapluies de Cherbourg » de Jacques Demy.
« Les Oiseaux » d’Alfred Hitchcock.
« Aliens Le Retour » de James Cameron.
Ces trois projections sont gratuites mais réservées prioritairement aux personnes possédant un billet pour un des spectacles « Les Nouveaux Ciné­-Clubs ».

Bonnes séances !
Frédérique

ÉDITO DE LA SEMAINE DU 5 AU 11 NOVEMBRE

Cette nouvelle semaine cinématographique est particulièrement riche en découvertes ou redécouvertes.
Dans « Geronimo », de Tony Gatlif, une jeune fille turque et un jeune gitan s’aiment éperdument mais leurs clans réciproques se haïssent. Une éducatrice de rue tente désespérément d’établir la paix entre les bandes rivales. Quand Roméo et Juliette et West Side Story se transposent dans ces deux communautés, alors le hip hop, le flamenco, et les danses orientales, occupent l’espace avec vitalité et surenchère.

« Saint Laurent », de Bertrand Bonello, sur fond d’alcool, de drogue et d’une bande originale magnifique, nous brosse le portrait d’un génie du XX ème siècle, esprit créatif, torturé, sophistiqué, irrésistible, mélancolique.

La rétrospective René Allio avec : « Rude Journée pour la Reine » (jeudi 20h30) et vendredi soir un ciné­ débat sur le thème « Marseille dans l’œuvre de René Allio » avec Katharina Bellan (universitaire) et deux films : « La Vieille Dame Indigne » (18h) et « L’Heure Exquise » à 20h30. (10 Euros la soirée)

Une séance spéciale pour les enfants à partir de 7ans : « Les Fantastiques Livres Volants de M.Morris Lessmore » de Laurent Witz et Alexandre Espigares. (Samedi 16h)

Toujours à l’affiche cette semaine « Magic in the Moonlight » de Woody Allen, raconte l’histoire d’un prestidigitateur cynique et arrogant qui tombe amoureux d’une medium qu’il prend pour un charlatan.

« Mommy », le dernier film de Xavier Dolan, raconte l’histoire d’un adolescent écorché vif, souffrant d’un trouble de l’attention avec hyperactivité.

Aussi, n’hésitez pas à aller voir « Bande de Filles » de Céline Sciamma, au Centre, petite merveille réaliste sur la condition des jeunes filles issues de l’immigration, dans les cités de la banlieue parisienne.

Que le cinéma vous mette en joie !
Frédérique