ÉDITO DE LA SEMAINE DU 25 JUIN AU 1 JUILLET

« Je voulais aborder le sujet des enfants apatrides,
dans mon pays où le droit du sang prime sur le droit du sol. Avec l’émergence de l’extrême-droite en Grèce et plus largement en Europe, le problème prend des proportions dramatiques. Je suis persuadé que l’immigration est la grande tragédie de notre ère. » Panos H Koutras.

Du 29 juin au 2 juillet, c’est la fête du cinéma et l’occasion de vous proposer de nouveaux films avec une journée particulière organisée par l’ASCCC : repas et autres réjouissances le dimanche 29 juin dans la cour de l’école Pasteur.

«Le procès, de Viviane Amsalem» de Ronit et Shlomi Elkabetz pose le problème grave en Israël du mariage et du divorce. Dans un pays où seule la loi religieuse s’applique et où seul le mari peut décider d’une séparation, voici le long combat d’une femme qui veut compter sur la justice et sur la loi pour obtenir ce qu’elle estime être son droit.

«Xénia», de Panos H.Koutras, raconte une histoire sur l’adolescence, dans la Grèce d’aujourd’hui où règne un climat politique et social dramatique. Rythmé par des chansons italiennes et ponctué de scènes oniriques, ce film est une leçon de tolérance et de fraternité.

«Au fil d’Ariane» de Robert Guédiguian est une fantaisie pleine de fraîcheur, peuplée de personnages farfelus, ode à sa compagne et muse depuis plus de trente ans, Ariane Ascaride.

Je vous informe par ailleurs que mercredi 2 juin, toujours dans le cadre de la fête du cinéma, nous accueillerons en avant première, le réalisateur du film «Spartacus et Cassandra», Ioanis Nuguet à 20h30.

Belles projections à tous

A vos agendas et belle fête du cinéma !!!

Frédérique

ÉDITO DE LA SEMAINE DU 18 AU 24 JUIN

« J’ai découvert le cinéma à une époque bénie
les années 1970. J’y ai appris qu’on pouvait tout faire, tout raconter. Depuis, j’ai toujours eu envie de partir à l’aventure, allez on tourne ».  Robert Guédiguian.

Entre le beau temps et la coupe du monde de football, il est difficile de faire un détour par les salles obscures. Et pourtant, cette fin d’année scolaire nous réserve quelques belles surprises.

Dans son dernier film, « Au fil d’Ariane » Robert Guédiguian, le plus marseillais des cinéastes, nous propose une « fantaisie », après une série de films engagés, dans laquelle il rend hommage à sa compagne. Parenthèse affectueuse, on retrouve Ariane Ascaride et ses acteurs fétiches, interprétant ce petit monde méditerranéen.
Nous lui avions proposé de venir présenter son film mais il prépare déjà le suivant : consacré à la mémoire du génocide arménien.

Nous avons aussi été touchés par le premier long métrage deClaudia Sainte-Luce

« Les Drôles de Poissons-Chats » qui, en dépit d’un sujet grave, nous propose un film tendre et sensuel sur une famille matriarcale recomposée. C’est l’histoire de Claudia, orpheline, qui rencontre Maria, atteinte du sida, et malgré tout, pleine d’énergie, ainsi que sa tribu d’enfants écorchés par la situation.

Belles projections à tous
Frédérique

ÉDITO DE LA SEMAINE DU 11 AU 17 JUIN

« Les drôles de poissons-chats se situent entre drame et comédie.
Comédie parce que les personnages se rient de leurs infortunes. Drame parce qu’ils n’ont pas vraiment le choix. Nous sommes seuls dans la vie. Mais la rencontre entre deux personnages qui partagent les mêmes sentiments peut rendre la vie plus légère. »
Claudia Sainte-Luce

Ce nouveau film à l’affiche cette semaine, d’inspiration autobiographique, résulte de la rencontre entre une jeune femme, la cinéaste, qui échoue aux urgences pour une crise d’appendicite et Martha, 46 ans, 4 enfants, condamnée par la maladie. De cette expérience, la cinéaste, dresse une ode à la vie tendre et tragique tout en portant un regard critique sur le Mexique d’aujourd’hui.

La Chambre Bleue de Mathieu Amalric, est l’histoire d’une passion amoureuse entre un homme et une femme, mariés chacun de leur côté, qui se rejoignent dans une chambre d’hôtel bleue où ils s’aiment et se désirent. Quand des meurtres apparaissent, l’auteur nous mène sur des chemins où le doute s’installe : qui est coupable, amoureux, victime… ?

Les Gazelles de Mona Achache est une comédie française acerbe et aiguë sur la génération des trentenaires, confrontée, elle aussi, à la solitude.

Belles projections à tous
Frédérique

ÉDITO DE LA SEMAINE DU 4 AU 10 JUIN

« En faisant l’acteur, on devient une espèce d’animal intuitif ».
Mathieu Amalric.

Cette nouvelle semaine cinématographique s’ouvre avec le dernier film,
« La Chambre bleue», de Mathieu Amalric qui ne cesse de nous surprendre aussi bien comme acteur que comme réalisateur. Cette adaptation d’un roman de Simenon raconte une histoire d’adultère, de passion dévorante qui tourne au drame bourgeois. Ce film nous désoriente et on ne cesse de s’interroger. Qui est coupable, complice, manipulateur, amoureux, victime, innocent?

Autre film à l’affiche cette semaine, « Les Gazelles » de Mona Achache, comédie à la française sur des trentenaires, nous conte l’histoire de quatre femmes délurées, célibataires, émancipées qui jouent de l’autodérision. Des manières de dire qu’une femme seule peut être bien dans sa peau, que la vie de couple n’est pas forcément idéale!!! Allez, on y croit et on en rit!

Si vous ne l’avez encore vu, « Deux jours, une nuit » des frères Dardenne, met en scène l’histoire de Sandra qui, dépressive, dispose de peu de temps pour convaincre ses collègues de renoncer à une prime pour qu’elle puisse garder son emploi.

Belles projections à tous
Frédérique